Bonjour Luc Barthelemy, pourriez-vous nous présenter la société Akka ?

AKKA Technologies est un groupe d’ingénierie et de conseil employant environ 11.000 personnes.
Nous sommes présent sur le secteur de la mobilité (Automobile, Aéronautique, Ferroviaire) mais aussi sur d’autres secteurs : Energie, Défense, Santé…

AKKA Technologies a créé en 2010 un centre de recherche « AKKA Research » afin d’anticiper les prochaines mutations technologiques.

Pourriez-vous nous présenter la voiture connectée « Link & Go » ?

La « Link & Go » est pour nous un prototype, une plateforme d’innovation, et pas réellement une voiture. Nous nous affranchissons de certaines contraintes que les constructeurs doivent obligatoirement intégrer et nous projetons sur les innovations de demain.
« Link & Go » a été réalisée grâce à une subvention du Conseil Général des Yvelines. Nous nous sommes projetés sur la ville du futur et avons travaillé sur les technologies et concepts de mobilité.

C’est un concept car électrique, bi-mode, c’est à dire avec une conduite manuelle et un mode autonome dans lequel le véhicule contrôle intégralement l’ensemble des fonctions de conduite. La localisation du véhicule est assurée par des Lasers positionnés sur le toit.  Lorsque l’utilisateur programmera une destination le véhicule téléchargera la carte laser correspondant au trajet grâce à la connectivité du véhicule. Cette carte permet, en comparant avec l’observation de localiser le véhicule avec une dizaine de centim ètres de précision en milieu urbain là ou le GPS n’est suffisamment précis. La connectivité permet aussi au véhicule de renvoyer des données afin de mettre à jour en permanence les cartes de localisation.

La « Link & Go » est aussi capable de détecter des objets, véhicules, piétons et de freiner ou s’arrêter pour éviter une collision et cela de manière globalement plus efficace que l’humain.
Au delà de la technologie, nous avons aussi réfléchi à l’emménagement du véhicule, aux usages si les personnes ne sont plus toujours mobilisées à la tache conduite.
C’est pourquoi nous avons créé ce mode salon, dans lequel la personne peut ranger le volant, basculer la banquette avant vers l’arrière du véhicule. Il peut alors profiter de la connectivité, de l’écran HD pour utiliser son temps autrement

Quand un tel véhicule sera-t-il commercialisé ?

Nous sommes un groupe d’ingénierie et de conseil, nous ne vendrons jamais un tel prototype. Ces projets nous permettent de montrer nos capacités d’innovation et
de faire réfléchir nos ingénieurs sur les prochains défis. Un véhicule complètement autonome ne pourra – a mon avis – apparaître avant une vingtaine d’année.

capacités d’innovation et
de faire réfléchir nos ingénieurs sur les prochains défis. Un véhicule complètement autonome ne pourra – a mon avis – apparaître avant une vingtaine d’année.

Carlos Ghosn a annoncé récemment un véhicule automatique Nissan pour 2020 : Info ou Intox ?

Renault s’est lancé avant beaucoup de ses concurrents sur le véhicule électrique. Ici, de même, Carlos Ghosn exprime la volonté du groupe de se positionner sur le véhicule automatique.
Il faut noter que Mercedes annonce aussi des véhicules pour la même période.  Pour moi, un véhicule 100% automatisé me semble très difficilement atteignable en si peu de temps, par contre des périodes partielles pendant lesquelles le conducteur lâchera le volant sont réalistes.

Votre mot de la fin pour nos lecteurs ?

Nous travaillons, chez AKKA Research, sur les technologies de demain, et espérons pouvoir revenir vous voir bientôt avec de nouvelles innovations.

Propos recueillis par Laurent Amar